Principes de construction résistant aux tremblements de terre

De Howtopedia - français.

Sommaire

Construction résistant aux tremblements de terre - Fiche technique

Description brève

  • Problème:
  • Idée:
  • Difficulté:
  • Game de prix:
  • Matériel nécessaire:
  • Secteur géographique:
  • Compétences:
  • Combien de personnes?
  • Combien de temps cela prend-il?


Introduction

The fundamental need for shelter can be easily recognised: people must have protection from the elements, somewhere to grow as a family, a place to work from and a home to call their own. In many countries people do not have the resources to buy houses built by professionals but rely on their own labour, using local materials to build their homes gradually. People make improvements and extend their houses as family requirements change and resources permit.

Une catastrophe se produit

Dans la soirée du 29 mai 1990 Alto Mayo (voir Figure 1) a été frappé par un séisme de magnitude 6 sur l'échelle de Richter. Les effets ont été ressentis dans une zone couvrant plus de 8000 kilomètres carrés, le dommage a été subi par 8000 maisons avec près de 3000 irréparablement endommagées. Ces chiffres commencent à suggérer l'ampleur de la perte ressentie par les communautés locales. Dans les capitales de district de La Havane et de Soritor, huit sur dix maisons ont été détruites.

Image:EarthquakeResistant_p001a.gif
Figure 1: carte du Pérou

Reconstruction des communautés

Practical Action est une organisation axée sur la réalisation à long terme, le développement durable et ne s'engage pas aux secours des sinistrés. Toutefois, Practical Action (alors appelée ITDG) est bien placée pour aider aux efforts de reconstruction, le personnel ayant travaillé dans la région étaient bien connus par la population locale. En partenariat avec des organisations locales Practical Action a établi des relations et des amitiés qui leur ont permis de devenir rapidement impliqués dans la préparation d'un plan de reconstruction.

Image:EarthquakeResistant_p001b.jpg
Figure 2: : l'impact du tremblement de terre sur une maison tapial à Soritor © Practical Action / Megan Lloyed-Laney

L'intervention de secours a été la mission de Caritas Pérou, une organisation de l'Eglise soutenue par un réseau international d'organisations concernées par le travail humanitaire. Compte tenu de la perturbation de la vie quotidienne causée par le tremblement de terre, Practical Action a reconnu l'opportunité de créer des avantages à long terme et a pris soin d'examiner comment les gens pourraient participer à la reconstruction des habitations. La reconstruction doit se poursuivre à un rythme auquel les gens peuvent se permettre et en même temps répondre aux besoins de la population pour leur survie économique ainsi que leur besoin d'abri. Practical Action a dû être certaine que les activités se déroulent conformément à la priorité locale publique populaire et ne soient pas dominés par des pressions extérieures et des ordres du jour.

L’intervention de Practical Action a débuté par la reconstruction de la ville de Soritor (voir carte). Cette décision a été choisie comme point de départ pour deux raisons: l'étendue des dommages subis dans la ville était relativement élevée comme ce fut pour le niveau d'organisation communautaire. Les structures sociales existaient, ce qui a permit à Practical Action de consulter la communauté locale malgré l'effet perturbateur de ce tremblement de terre. Après des réunions communautaires entre les ingénieurs et les spécialistes des sciences sociales, ceux-ci ont élaboré un plan de reconstruction pour la région d’Alto Mayo, qui a été ensuite présenté aux autorités locales.

Mise en route

L'organisation à base communautaire FEDIP (el Frente de Defensa de los intereses del Pueblo de Soritor) avait évolué au cours des années précédentes, pendant les périodes de difficultés économiques, à négocier des prix et à représenter les intérêts des producteurs locaux: leur capacité d'organisation et leurs connaissances se sont avérées critiques dans la réalisation de la réussite du projet. Soritor est divisée en six quartiers, chacun d'entre eux avait un comité de voisinage existant qui a organisé des réunions collectives pour discuter des efforts de reconstruction. L’intérêt FEDIP de lutter pour les intérêts des petits producteurs agricoles voulait dire qu'ils étaient bien conscients des réalités de la vie locale grâce à une structure de comités forts. Ils ont été en mesure de se faire une opinion des personnes et de les représenter au niveau des districts, des provinces et des départements.

Avec le soutien financier de l'Ambassade britannique et de l'Overseas Development Administration du Royaume-Uni (aujourd'hui le ministère du Développement international), attaché à une documentation technique de chercheurs universitaires et des preuves photographiques de maisons construites en Huacucho, Duval Zambrano et Hermelando Aliaga, par Practical Action, des exercices de consultation ont été entrepris avec les 5000 habitants de Soritor.

Planification en partenariat

Au cours de la période initiale de six mois après le tremblement de terre, des efforts axés sur l'opinion publique populaire, leurs idées, leurs aspirations et préoccupations ont été entrepris, afin que ceux-ci puissent être inclus dans la reconstruction et le développement d’Alto Mayo. Le processus de réunir les gens pour partager leurs opinions a été d’une signification égale, voire plus importante. Ce processus a permis à Practical Action et leurs partenaires de développer des pratiques de relations de travail et les structures organisationnelles afin de tisser des liens avec la population locale au sens large. Le plan de reconstruction n'a pas été considéré comme une solution miracle aux problèmes de logements très apparents, mais comme une occasion de lier les efforts menés après le sinistre directement par des activités de développement à long terme.


María Asencia Salva Sedamano

María a vu avec ses filles Kary, Rosa et Zoryisabel, reconstruire sa maison dans la banlieue de Moyobamba, dans un quartier appelé Huacucho.

Image:EarthquakeResistant_p002.jpg
Figure 3: María reconstruit la maison familiale utilisant de la quincha améliorée. © Practical Action / Lucky Lowe

Le processus de reconstruction n'a pas été facile pour María, mais elle sent qu'elle a beaucoup appris de son implication dans cette collectivité. Malgré les pressions considérables de la part de son mari pour reconstruire leur maison en brique et en béton, María a vu le projet de quincha améliorée comme possibilité réaliste de reconstruire un toit sur les têtes de sa famille. Elle a vendu sa machine à coudre pour obtenir le capital nécessaire pour acheter des matériaux de construction. María a été choisie par sa communauté pour représenter leurs points de vue dans les discussions du projet et des négociations. A côté d'un représentant masculin, elle commençait à être impliquée dans une série d'activités qui, dit-elle, a développé ses compétences dans les relations avec les gens et construit sa confiance en soi.

Le comité de reconstruction du voisinage Huacucho que María a représenté est devenu une coopérative agricole. María a travaillé avec d'autres hommes et femmes à générer des revenus en augmentant le petit bétail, la vente dans le marché local de produits agricoles et des denrées alimentaires faites maison. Pendant une période, elle a également été présidente du Club Mothersâ. Une fois María a senti qu'elle avait joué ces rôles particuliers en matière de dirigeante communautaire pour assez longtemps, elle s'est lancée dans des affaires pour son compte. Ses compétences considérables sont également utilisées en tant que gouverneure de l'école locale fréquentée par ses trois filles.

Bénéficiaires

Avec un tel besoin important et immédiat pour la reconstruction, il était crucial pour Practical Action d’être sûre que les gens qui allaient bénéficier du projet étaient ceux qui avaient le plus besoin. Practical Action s'est fortement liée a FEDIP et Caritas pour veiller à ce que la sélection des bénéficiaires du projet soit entreprise d'une manière objective et soit considérée comme équitable. Initialement, le sentiment était que tout le monde au niveau local a été victime du tremblement de terre et que chacun devrait donc bénéficier également d'une aide. Toutefois, il est vite apparu que certaines personnes avaient plus de ressources à leur disposition que d’autres.

Le personnel de Practical Action n’a pas décidé qui étaient les bénéficiaires du projet, pourtant le personnel servait souvent d’intermédiaire entre les différentes parties lors de négociations complexes. Les membres des comités de quartier ont été consultés en premier lieu, et on leur a demandé d'écrire une liste de 30 à 35 chefs de famille. Les gens sur cette liste ont ensuite été classés par agent de la liaison communautaire de Practical Action en quatre catégories:

  • fermiers riches, p. ex.: 5 ou plus d'hectares de terres rizicoles
  • employé, p. ex.: professeur
  • agriculteurs pauvres, p. ex.: moins de 2 hectares
  • les plus pauvres, p. ex.: sans terre, veuves.


Cette liste de personnes a été ensuite transmise à l'ordre de religieuses qui ont fait les derniers ajustements et décidé qui devraient être les bénéficiaires.

Un problème immédiat que Practical Action eut à affronter était la croyance largement répandue que les intervenants externes, comme Practical Action et Caritas fourniraient tous les matériaux nécessaires; 1990 était une année électorale et les politiciens à l'élection aurait pu encourager les gens à croire que des maisons neuves seraient librement disponibles. Un niveau d'attente élevé existait dans certains esprits que le rôle de Practical Action était un fournisseur de logements: ils doivent construire les maisons pour les personnes et en remettre les clefs à son achèvement. Practical Action croit fermement qu'il est plus utile d'aider les gens à s'aider eux-mêmes et à aider au renforcement des capacités technologiques afin que les gens aient des avantages dans à long terme, après que le projet de Practical Action soit terminé.

Choix des constructions

Au cours du début des discussions, il n'était pas clair quelles technologies de construction seraient choisies. On aurait pu faire valoir que la résistance aux séismes était le seul critère régissant les choix techniques à apporter. Toutefois, Practical Action croit que le développement durable dépend de beaucoup plus de solutions techniques prédéterminées.

Par l’usage de dessins, de manuels, de photographies et de vidéos de projets pilotes de logements dans d'autres régions du Pérou, le personnel du projet a été en mesure de démontrer des technologies du bâtiment. Une série de réunions a abouti à un niveau croissant de compréhension entre les partenaires du projet, leurs rôles respectifs et la nature du soutien qui a été offert, ainsi que des besoins qui relient les priorités à la conception et à la technologie.

Les technologies utilisées pour construire des maisons ne peuvent pas être considérées séparément de leur contexte social ou économique. Bien que le personnel de Practical Action puisse voir les avantages à travailler avec l'amélioration des technologies locales, ils étaient également conscients du fait que les gens aient tendance à préférer les matériaux nobles, comme la brique cuite et le béton armé. Ces technologies modernes sont d'un statut plus élevé, une plus grande durabilité et une valeur financière à long terme. Toutefois, à cause des tremblements de terre, des techniques de construction résistantes ont été nécessaires. Beaucoup de maisons se sont effondrées lors de tremblements de terre mais la quincha (un genre de clayonnage et torchis) a démontré sa résistance inhérente aux séismes. Le besoin de logements à prix abordables, disponibles localement et un abri sûr a remporté l'argument: les ingénieurs de projet de Practical Action et les hommes et les femmes ont décidé que la quincha améliorée était un choix préférable et techniquement possible.


Olympia Guerra

Image:EarthquakeResistant_p004.jpg
Figure 4: Olympia Guerra travaillant à la maison © ITDG / Lucky Lowe

Olympia Guerra est devenue connue dans son quartier en tant que « La Maestra » - l'artisane. Elle vivait comme femme seule dans le village de Jepelacio et travaillait dans une équipe de construction de quartier avec quatre autres femmes et quatre hommes. Elle sentait que le fonctionnement en groupe restreint a été bénéfique car tout le monde avait à faire leur part du travail. Olympia a été formée par un artisan qualifié qui était employée par l'ITDG pour aider au projet de reconstruction. Avec des compétences nouvellement développées, Olympia apprit à construire une base de béton pour sa propre maison et ensuite aida les autres à faire de même.

Practical Action étaient désireuse d'employer Olympia comme agent d’extension, mais la croyance bien ancrée que la construction est un travail d’hommes et à cause de la pression, cela a rendu le projet impossible. Au lieu de cela, elle a travaillé avec sa propre équipe et a joué un rôle actif à la reconstruction de son pays et des autres maisons du voisinage au cours d'un programme d'activités qui dura plus de six mois.

Origines de la quincha et le développement technologique

La technologie quincha a été utilisée dans certaines parties du Pérou depuis plusieurs siècles. Traditionnellement, une maison quincha aurait une charpente à poteaux ronde qui était fixée directement dans le sol, remplie de petits poteaux en bois, et s'entrelaçant pour former un moulage qui était ensuite enduit d'une ou plusieurs couches de terre. Depuis 1535, les colonisateurs espagnols ont utilisé la quincha pour la construction de dômes au dessus des murs d'églises en terre. Le séisme de 1746, qui eu un impact dévastateur sur la ville de Lima, a déclenché l'utilisation beaucoup plus large de la quincha. Après ce tremblement de terre, les gouverneurs du Pérou ont décidé que toutes constructions au-dessus du rez-de-chaussée devraient être faites avec de la quincha. On peut encore trouver des maisons anciennes à Lima avec des murs en terre au niveau du rez-de-chaussée et d'une structure de quincha au dessus.

Dans la région de Alto Mayo, une grande proportion de la population ont émigré de la région montagneuse de Cajamarca, où l'architecture de terre massif prédomine. La mémoire collective de ces gens ne comprenait pas l'expérience des tremblements de terre et leurs choix technologiques reflétaient un pays libre de séismes.

Un tremblement de terre en 1970 a produit un nouvel intérêt des technologies de construction résistant aux tremblements de terre. Pendant les années 80, les chercheurs de l'Université catholique, l'Université nationale des ingénieurs et l'Institut national du logement du Pérou, soutenus par l'Agence américaine pour le développement international, ont enquêté sur les moyens d'améliorer les matériaux de constructions traditionnelles et les systèmes de logements: ils se sont notamment intéressés par la technologie quincha.

Les résultats de l'examen des technologies quincha dans un environnement universitaire sont de nouveaux modèles à la résistance du tremblement de terre. La recherche a permis de choisir des méthodes permettant d'améliorer la durabilité et la création d'unités de constructions standardisées. Les unités de logements ont été conçues pour inclure des mesures uniformes de 1,2 m entre les colonnes structurelles qui ont été faites de sections de bois carré (200mm x 200mm).

Practical Action a appelé les ingénieurs de cette recherche universitaire lors de la présentation de la technologie améliorée pour les hommes et les femmes de Soritor. Les détails techniques ont été rapidement adaptés dès que les ingénieurs et les techniciens du projet de Practical Action ont commencé à travailler dans l'Alto Mayo. Par exemple, des poteaux de bois ont remplacé les colonnes carrées, car ils sont plus facilement disponibles et ne nécessitent pas de machines ou de travail afin de transformer leur état brut.


Image:EarthquakeResistant_p005a.gif
Figure 5: vue du plan © Practical Action / Duval Zambrano / J. Cuizano

La quincha améliorée a les caractéristiques suivantes en plus de la quincha traditionnelle:

  • Bases concrètes pour donner une plus grande stabilité.
  • Colonnes en bois traitées avec du goudron ou du brai pour protéger contre l'humidité, bétonnées dans le sol avec des clous incorporés dans le bois à la base pour donner un ancrage supplémentaire.
  • Utilisation des bases du mur de béton pour empêcher l'humidité affectant le bois et les cannes dans les murs.
  • Assemblage judicieux entre les colonnes et les poutres pour améliorer l'intégrité structurelle.
  • Cannes tissées de façon verticale pour offrir une plus grande stabilité.
  • Légère toiture en tôle pour réduire le danger potentiel pour les occupants, de tuiles qui tombent.
  • Clouage des matériaux de toiture à charpentes, liaison de poutres et poteaux avec des fils pour toiture afin de se prémunir contre les vents forts et les mouvements de terre.
  • Avant-toit de largeur suffisante pour assurer la protection des murs contre les fortes pluies.

Image:EarthquakeResistant_p005b.jpg
Figure 6: construction d'un mur © Practical Action / Duval Zambrano / J. Cuizano

La quincha améliorée a de nombreux avantages en plus de la résistance aux séismes. La facilité d'accès aux matériaux à faible coût était la principale préoccupation de Practical Action et des hommes et des femmes locaux. La disponibilité locale de poteaux de bois, de bambous et de la terre signifie que la quincha améliorée est plus adaptée à un programme d'auto-construction qu’à de nombreuses alternatives.

Participation publique

Après la première phase du projet, Practical Action a planifié de démontrer la quincha améliorée dans un projet réel (parfois il faut voir pour croire). Un bâtiment de la communauté a été érigé dans le centre de Soritor. Il a fallu six mois pour construire cette structure, qui a abouti à cette technologie d'être surnommée quincha retardée plutôt que quincha améliorée.

Image:EarthquakeResistant6a_p006a.jpg
Figure 7: détails de la base © Practical Action / Duval Zambrano / J. Cuizano

Toutefois, la lente approche a été délibérée. Il faut du temps pour associer pleinement un groupe diversifié et de nombreuses personnes dans un projet de construction. Une équipe de dix à quinze hommes et femmes de différents quartiers ont été impliqués dans le processus de construction chaque semaine. Cela a conduit à une plus grande prise de conscience et une compréhension accrue de la façon dont la technologie a été utilisée: de nombreuses personnes apprirent les détails de la construction et les compétences requises pour mener à bien un bâtiment avec la quincha améliorée. En plus du travail manuel, la communauté a également fourni l'essentiel des matériaux qui ont été achetés localement.

L'expérience pratique de travailler avec cette technologie lors de la démonstration signifiait que le personnel de Practical Action les membres de la communauté ont été en mesure d’apprendre par la pratique. Cela a abouti à de nouvelles réflexions et des changements: par exemple, lors de la première couche de plâtre mise sur les panneaux de remplissage, on a constaté des craquelures, et donc plutôt que de laisser les fissures se développer naturellement, la première couche de plâtre a été profondément marquée pour permettre la diminution du séchage et fournir une meilleure prise pour la seconde couche de plâtre.

Image:EarthquakeResistant_p006b.jpg
Figure 8: coupe transversale © Practical Action / Duval Zambrano / J.

Spécifications

Fondations avec dalles et blocs de béton:
Mélanger - 1:10 (ciment: agrégation)
+30% de grosses pierres
Mur de béton de base
Mélanger - 1: 8 (Ciment: agrégation)
Poteaux en bois de qualité structurelle

Enduire

1ère couche - boue: paille
Mélanger - 100kg: 50kg
2ème couche - ciment: chaux: sable: ou sol tamisé
Mélanger - 1:1: 5
ou ciment: gypse: sable
Mélanger - 1:1:5

  • les proportions sont en volume

Dans la région d’Alto Mayo l’auto-construction reste la principale méthode de construction des maisons. Certains membres du ménage commun s'entraident pour construire leur maison et aussi aider les autres ménages de la même communauté. Si des structures sont pour un usage communautaire, tous les ménages dans la communauté contribue au processus de construction. Cela est récemment devenu moins fréquent car plus de gens ont des emplois formels et sont incapables de consacrer de leur temps libre. Souvent, les artisans seront recrutés sur une base occasionnelle pour effectuer des tâches spécialisées et pour superviser le processus de construction. Les méthodes de travail de Practical Action doivent refléter les approches traditionnelles, tout en tenant compte des contraintes de la vie moderne.

La construction du centre communautaire a introduit la technologie de la quincha améliorée pour les personnes directement impliquées dans le processus de construction ainsi que de nombreux observateurs qui se sont arrêtés pour regarder l'avancement des travaux. La possibilité de collaborer à une tâche pratique a également créé la compréhension entre le personnel du projet, les populations locales, les organisations et les autorités.


Image:EarthquakeResistant_p007a.jpg
Figure 9: assemblage minutieux entre les colonnes et les poutres améliore l'intégrité structurelle © Practical Action / Chris Martin

Conception d'une nouvelle maison

Après la phase de démonstration, une série d'activités se sont principalement portées sur la conception de maisons avec des gens. En travaillant avec les hommes et les femmes en petits groupes, les professionnels de l'architecture et du bâtiment ont utilisé un code de couleur des blocs de bois pour modéliser des options de conception et les plans de production pour une unité de logement. Il était essentiel que la conception reste suffisamment souple pour être adaptable aux besoins spécifiques de la famille, aux revenus, à des matériaux disponibles, à la terre et aux caractéristiques de tous les facteurs imprévus qui peuvent se produire.

Par la modélisation des idées, les gens purent créer leur maison préférée en miniature. Leur conception était élaborée par un architecte, puis ajustée une fois de plus avec la contribution des membres du voisinage. Ces activités ont été menées dans des quartiers précis et a servi à planifier le travail ultérieur, à identifier les matériaux nécessaires et à engager les gens dans tout le processus de reconstruction.

Les travaux de construction ont commencé dès que les matériaux ont été recueillis et transportés à l'ensemble du groupe des membres de parcelles. Les groupes de 20 - 25 personnes ont formé des équipes de construction; ils ont travaillé à tour de rôle sur chaque parcelle jusqu'à ce que toutes les maisons soient achevées. Ce travail était effectué habituellement le week-end permettant ainsi les responsabilités familiales, le travail agricole et les travaux publics durant la semaine. Lorsque les gens étaient disponibles, le travail serait également effectuer pendant les jours de semaine.

Au début du projet, il a été supposé que les gens pourraient fournir des matériaux tels que les agrégats, le sable, le bois et le bambou en plus de tous les matériaux récupérés de leur habitation endommagée. Si un individu membre du groupe avait suffisamment de ressources, il pourrait contribuer à aider les autres. Si les individus n'avaient pas de terres agricoles qui produiraient la récolte de bambou ou de bois, ils auraient à transporter des matériaux provenant de forêts lointaines.

Le transport était souvent un problème pour les gens, dans certains cas, les autorités locales ou des projets d'autres donateurs apportèrent leur véhicule pour le transport de sable du lit de la rivière locale. ITDG et Caritas fournissent suffisamment de matériel supplémentaire pour les populations dans le besoin (des plaques de tôle galvanisée, clous et du ciment) pour construire un logement de 30m2.

Image:EarthquakeResistant_p007b.jpg
Figure 10: le bâtiment communautaire à Soritor, pendant la construction © Practical Action / Rumi Velaclliaga

Image:EarthquakeResistant_p008a.gif

Méthode de travail

En dépit de ces efforts pour expliquer et promouvoir cette technologie, le scepticisme envers la quincha améliorée restait, c’était après tout une technologie inconnue qui avait un petit statut social (voir n'est pas toujours suffisant pour être convaincu de la valeur des nouvelles technologies, en particulier lorsque les ressources sont très limitées). Un facteur important dans l'amélioration de la popularité et l'acceptation de la technologie de la quincha améliorée a été un autre séisme, en avril 1991. Le bilan total des maisons locales endommagées, s'élevait à 17.000 unités. Les premiers exemples de constructions locales de quincha a démontré une amélioration de leur résistance accrue à l'impact des tremblements de terre et a servi à mieux convaincre les gens du caractère approprié de cette technologie.

Image:EarthquakeResistant_p008b.jpg
Figure 11: bâtiment de quincha améliorée à Jepelacio © Practical Action / Lucky Lowe

Projet impact

L'intervention directe dans les activités de reconstruction par Practical Action et Caritas a cessé en mars 1994 et avait, à cette époque, un résultat de 558 habitations construites avec de la quincha améliorée dans la province d’Alto Mayo. Il y a également des milliers de maisons qui ont été construites avec de la quincha améliorée par les hommes et les femmes, indépendamment du projet. Le recensement national de 1993 a estimé que la quincha formait seulement 7% du parc immobilier national, mais au sein de la zone du projet, ce chiffre est passé à près de 30%.

José Louis Mego

Comme les projets se déplaçaient d'un quartier à l'autre et ensuite vers de nouvelles villes et villages, l'ITDG a dû développer de nouvelles relations afin d'adapter leurs méthodes de travail au changement du climat politique et aux différentes organisations sociales. Le promoteur social de Practical Action, José Louis Mego, a été un facteur de succès essentiel en assurant une relation de travail efficace et constante avec les gens là où les travaux de reconstruction ont été entrepris.

José Louis a pris le temps de vivre dans les communautés où il travaillait, l'apprentissage de leurs coutumes et leur dialecte, ainsi que leurs compétences et leurs connaissances. Il pu apprécier la nature exacte des contraintes que les personnes pouvaient rencontrer et les voir relever le défi de la reconstruction de leurs maisons et de leurs vies. Lorsque les preuves d'amitiés en cours sont claires, il n'est pas surprenant que José Louis croie que le facteur le plus significatif chez les personnes exerçant des activités de projet est d’apprendre à connaître les gens, leur mode de vie, les respecter et être accueilli dans leurs maisons.

La formation académique et l'expérience en tant que technicien d'assainissement de José Louis signifie qu'il est bien qualifié pour conseiller les gens sur les questions de santé. Ses efforts pour améliorer la compréhension des gens concernant les projets et les questions de santé, était d’organiser régulièrement une émission de radio locale, non seulement pour maintenir les gens au courant, mais aussi pour veiller à ce que ses programmes soient divertissants et pour engager les gens dans le projet.

Travailler dans un rôle de liaison communautaire n'est pas toujours facile. José Louis se sentait souvent être à la merci de tout le monde (une épaule sur laquelle pleurer!). Il avait besoin d'être à la fois créatif et flexible pour répondre et faire face à la diversité des besoins et des circonstances du grand nombre de personnes concernées.

Le coût précis de l'auto-construction de maisons peut être un peu trompeur si les gens sont en mesure d'attribuer une valeur monétaire de leur propre implication, ce n'est pas souvent le cas. Toutefois, une comparaison des coûts entre une maison avec quincha améliorée et une maison de brique donne une indication des prix relatifs de ces deux technologies. Le coût estimé d'un bâtiment fini (30m2) de quincha améliorée, y compris les portes, fenêtres, plancher, plafond, plâtre et peinture extérieur (au prix de 1996) est 3313 sols ou US $ 1,299. La structure équivalente en brique coûterait 13.772 sols ou US $ 5,400 - la nécessité de contracter un travail qualifié est une part importante de ce coût.

En conclusion

ITDG a été directement impliqué dans la reconstruction de plusieurs centaines de maisons, mais il y a plusieurs milliers d'autres dans la région qui sont faites de quincha améliorée ou une variation de celle-ci. Le développement technologique se poursuit. L’intervention de Practical Action n'est pas la seule force de conduire les mutations technologiques. Les besoins publics, les connaissances et les capacités techniques, les ressources locales, politiques et les programmes personnels sont autant de facteurs favorisant le changement et le développement technologique.

Les innovations de la technologie quincha ne sont pas une exception, les maisons de quincha améliorée promues par l'ITDG et les partenaires, peuvent être largement aperçues dans l'Alto Mayo, mais il en diffère dans la conception et les détails, ce qui reflète les matériaux, les compétences et les priorités individuelles des propriétaires et constructeurs. Dans les projets concrets de développement, il serait facile d'imaginer que le produit final est l'objectif principal: le résultat final doit être une maison confortable, abordable et sûre. Toutefois, la façon dont vous travailler dans ce but pratique, peut avoir un impact important sur la vie des gens. Le personnel d’ITDG et les partenaires ont montré la nécessité et la capacité de la patience, de la souplesse et de la persévérance: les gens et les processus sont complexes. Practical Action vise à assurer le contrôle de l'agenda, reste avec la communauté et travaille en partenariat, en s’assurant que les gens comprennent les choix qu'ils font et développent des capacités technologiques à long terme.


Référence et lecture suggérée

Cette entrée Howtopedia est dérivée de la fiche technique de Practical Action Earthquake Resistant Housing in Peru, écrit par Lucky Lowe et produit par ITDG (désormais Practical Action) en 1997.
Pour voir le document original suivre ce lien: http://www.practicalaction.org/?id=technical_briefs_construction

  • Mud Plasters and Renders Technical Brief, Practical Action
  • Building with Bamboo: A Handbook by Jules J. A. Janssen, ITDG Publishing, 1995, ISBN 1 85339 203 0
  • Los Planes de Preparación de Emergencia, Technical Brief, Practical Action Latin America
  • Emergency Preparedness Plans Technical Brief, Practical Action Latin America
  • Risk Mapping, Technical Brief, Practical Action Latin America
  • Terremotos en el Trópico húmedo. La gestión de los desastres del Alto Mayo, Practical Action Latin America
  • Estructuras Resistentes a Desastres Practical Action Latin America
  • Practical Action Latin America
    Casilla Postal 18-0620, Lima 18, Peru. Tel: (+51) 1 4467324/4447055, Fax: (+51) 1 4466621
  • De terremotos, derrumbes e inundados. LA RED
  • IDRC - International Development Research Centre

P.O. Box 8500 Ottawa, Ontario, Canada K1G 3H9. Tel: +1 613 236 6163, Fax: +1 613 567 7748

The Canadian organisation IDRC (International Development Research Centre) CRDI (Centre de recherches pour le développement)

Adresses utiles

Practical Action The Schumacher Centre for Technology & Development, Bourton on Dunsmore, RUGBY, CV23 9QZ, United Kingdom.
Tel.: +44 (0) 1926 634400, Fax: +44 (0) 1926 634401 e-mail:practicalaction@practicalaction.org.uk web:www.practicalaction.org

Image:Pa-logo-200x103.gif

Catégories

Outils personnels
Autres langues